Recherche professeur désespérément

Comme évoqué dans notre article « Moins de 15 jours : aucun professeur remplaçant » les différentes académies françaises peinent à remplacer des professeurs absents.

Dernièrement, un collège du Nord n’était plus en mesure d’assurer de cours d’anglais pour 8 classes. C’est donc des élèves en retard sur leur programme, des parents mécontents et un chef d’établissement déboussolé.

 

Au delà de 15 jours les rectorats ont l’obligation de remplacer un professeur absent. Mais il arrive, bien souvent, que la base de CV disponible ne suffise pas à pallier d’éventuels remplacements. Les académies confient parfois, au Pôle Emploi dont ils dépendent, des missions de prospection téléphonique.

 

Après avoir contacté Pôle Emploi, un parent d’élève nous informe que « ce n’est pas la solution. Aujourd’hui les remplaçants sont des contractuels. Une multitude d’actifs souhaiteraient transmettre leurs connaissances et leur amour pour l’enseignement. Sauf que ces personnes sont mal informées et ne savent pas qu’elles peuvent se porter candidates ». En effet, avec un Bac +3 quiconque est en mesure d’enseigner dans un lycée pro ou un CFA pour les collèges et lycées généraux le candidat devra justifier de l’obtention d’un Bac +5 en lien avec la matière à enseigner.

 

La rigidité du système actuel complique les recherches des différents rectorats.

Des directeurs, des parents d’élèves ou des associations se voient elle-même poster des annonces sur des sites tel que leboncoin ou vivastreet.

 

Plusieurs idées ont été proposées : Communiquer auprès d’un public plus large tout en valorisant le métier d’enseignant, attribuer une prime pour les enseignants en REP, etc.

Reste à voir quelle réforme le ou la future Président(e) de la République mettra en place…

Non classé

Laisser un commentaire